General Electric investit $50M dans un centre d’impression 3D dédié à l’aéronautique

Le département Aviation du groupe General Electric, un des plus importants fournisseurs de réacteurs d’avions au monde, annonce l’ouverture prochaine d’une usine dédiée à la fabrication additive de composants aéronautiques. Pour assurer le développement de ce nouveau centre de production, le groupe américain a décidé d’investir la somme de 50 millions de dollars, soit environ 37 millions d’euros.

Basé à Auburn, dans l’état d’Alabama, l’installation viendra compléter un centre de production déjà existant de General Electric et permettra d’accueillir près de 300 salariés supplémentaires. Alors que les premières imprimantes 3D seront installées fin 2014 sur le site, la production démarrera dès janvier 2015.

Les injecteurs de carburant réalisés sur le site d'Auburn viendront équiper les futurs moteurs LEAP

Le centre sera principalement dédié à la fabrication d’injecteurs de carburant, une pièce coûteuse et complexe à réaliser par des techniques plus traditionnelles. Ce composant viendra directement équiper les moteurs LEAP développés par CFM International, une joint-venture composée de General Electric et du groupe français Snecma, qui seront installés sur les futurs appareils Airbus A320 neo, Boeing 737 MAX et COMAC C919. GE indique que la production devrait commencer avec près de 1000 exemplaires réalisées annuellement avant d’atteindre les 40,000 unités d’ici 2020.

« Nous pouvons désormais fabriquer ces pièces qui jusqu’alors étaient impossibles » explique Mark Little, CTO chez General Electric lors du salon aéronautique de Farnborough qui se déroule en ce moment même en Angleterre. « Les pièces ont des formes si complexes qu’il était difficile de contrôler les tolérances, mais cette technologie nous permettra de les fabriquer d’une manière bien plus économique » explique Mark Little.

« Nous avons passé plusieurs années à prouver que cette technologie était la plus adaptée pour la fabrication de ce composant critique du coeur du moteur » explique Greg Morris, Responsable Fabrication Additive chez GE Aviation. « Aujourd’hui, nous sommes bien placés pour appliquer cette technologie à d’autres composants ».

Ce centre sera le premier du genre à produire de manière additive et dans de si grandes quantités des composants pour l’industrie aéronautique et montre encore une fois que l’impression 3D a de belles années devant elle.

* source ici

admin

Leave a Reply Text

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *